Le développement personnel à la lumière du contexte social

Comme tout système, le développement personnel a ses propres limites. C'est en voyant des personnes qui, malgré la mise en place de bonnes stratégies, ne parvenaient pas à faire aboutir leur projet, que j'ai pensé aborder leurs difficultés par le biais de la psychologie sociale.

Nous sommes dans une société, qui depuis un certain temps nous distille une idéologie

méritocratique. Cette idéologie est un système où les responsabilités sont assignées sur la base de l'intelligence et des qualifications, ce qui revient à dire, pour ceux qui y adhèrent, que si nous échouons dans la vie, cela est de notre responsabilité, soit du fait de nos relations défaillantes, de nos problèmes psychologiques, d'un manque de motivation ou autres. Or nous ne sommes pas qu'une simple individualité, nous faisons partie d'une société et donc, celle-ci va forcément avoir une influence sur nous. A titre d'exemple, on va prendre ici des personnes dites en haut pouvoir et en bas pouvoir, on aurait pu aussi prendre celui des discriminations. Les personnes en haut pouvoir vont être défini comme étant indépendantes et ayant un fort contrôle sur leur environnement, car leurs actions sont indépendantes d'autrui et leur environnement est peu menaçant (peur d'un licenciement, de finir les fins de mois,....). Ces deux caractéristiques vont donc donner un état mental plus positif, le monde sera perçu comme moins menaçant. Les personnes dites en bas pouvoir sont celles qui auront donc, une dépendance à autrui et un faible


contrôle sur leur environnement. C'est en 2010 que Guinote et ses collègues ont développé la théorie du focus situé. Leurs expériences ont montré que lorsque l'on est en haut pouvoir, l'attention et les efforts sont focalisés sur le but, les informations distractives étant ignorées, parce que les personnes évoluent, pour rappel, dans un environnement peu menaçant et dont les actions sont indépendantes d'autrui. Mais lorsque l'on est en bas pouvoir, l'attention est diversifiées. Ils ont montré qu'en bas pouvoir, l'attention et les efforts sont distribués non seulement sur le but mais aussi sur les informations distractives, ce qui fait que le traitement des informations est plus lourd, on doit faire attention à plus de choses.

On voit donc que ces caractéristiques sociales du pouvoir vont avoir un effet sur le fonctionnement des personnes au niveau mental, affectif, perception de l'environnement et de la façon dont on va l'appréhender. C'est pour cela que le coaching en développement personnel doit absolument prendre en compte l'écosystème dans lequel évolue la personne, le contraire serait la mettre en grande difficulté.

Cependant il y a deux points positifs que l'on peut faire ressortir de cette théorie du focus situé. Le premier est une technique que l'on peut mettre en pratique lorsque l'on est en bas pouvoir et que l'on veut avoir tout notre mental accès sur une tâche à accomplir, afin de la réussir, lors d'épreuves, d'entretiens, de compétition ou autres, c'est l'induction du haut pouvoir, ou autrement dit, comment se mettre dans un bon conditionnement mental pour réussir. Cette induction peut se faire soit en se racontant des scénarios, c'est-à-dire en visualisant ce que l'on veut, soit en se remémorant un épisode où nous étions dans une situation de réussite. Ces deux inductions vont nous conditionner au niveau de notre comportement, de notre gestuel symbolisant cet état, mais aussi mentalement. Elles vont nous aider à avoir un focus situé sur notre objectif. Le deuxième point positif, c'est que cet état de bas pouvoir peut être aussi une force dans le sens où notre attention englobera beaucoup plus de choses qu'en haut pouvoir, ce qui nous permettra peut-être plus facilement d'anticiper des choses et de prendre en considération plus d'éléments que des personnes en haut pouvoir ayant un focus situé sur un but.

De ce qui paraît une faiblesse peut naître une force, un avantage, celle d'aborder une situation sous des angles qu'un haut pouvoir n'auraient pas perçu. C'est pourquoi que l'on soit en haut ou bas pouvoir, il sera toujours beaucoup plus intéressant et constructif de travailler ensemble, en coopération que dans dans une lutte de pouvoir.

Le développement personnel est en cela une aide précieuse, faire ressortir le meilleur d'une personne sans oublier le contexte dans lequel elle évolue.


#chafiacoaching #développementpersonnel #focussitué #pouvoir #contextesocial #psychologiesociale

0