Les cheminements du deuil


N'est-il de douleur plus vive et plus insupportable que la perte d'un être cher ?


Sauf peut être notre propre souffrance lorsque la maladie ronge notre corps. Mais au fond, ces deux douleurs ne sont elles pas les mêmes, puisque quelles sont les nôtres et quelles font appel à ce même processus de deuil, dans cette perte de l'autre ou de ce que nous sommes.

L'intensité de la douleur ressentie lors de ces moments de vie dépend souvent de ce que l'on aura vécu auparavant et du degré de notre seuil de tolérance. Quelqu'un qui aura connu la guerre, aura un tout autre rapport à la mort et donc un seuil de "tolérance" différent de celui qui la verra pour la première fois.

Il existe pourtant,d'après Mme Kubler-Ross , 5 phases par lesquelles nous passons tous en règle générale. Elles durent plus ou moins longtemps et ne s'enchaînent pas forcément de façon linéaire, tout cela dépendra du temps qu'il nous faudra pour les digérer, les assimiler, les intégrer pour un nouveau mode de fonctionnement.

Premièrement, la phase du déni, qui se caractérise par une sorte de sidération, on ne peut concevoir ce qui nous arrive lors de l'annonce de la perte.

Deuxièmement, la phase de la colère, qui peut être envers soi-même ou les autres. Elle s'accompagne souvent de la culpabilité de ne pas avoir fait assez ou que l'on aurait pu faire différemment et bien d'autres questionnements.

Troisièmement, la phase du marchandage dans laquelle la situation est bien comprise mais où la personne va essayer de "négocier", pour que les choses puissent être comme avant.

Quatrièmement, la phase de dépression, dans laquelle la personne sera en grande souffrance et détresse psychologique.

Cinquièmement, la phase de l'acceptation. C'est dans cette phase que la personne va commencer à panser ses blessures et se projeter dans un avenir possible d'une façon différente de ce qu'elle a connu auparavant.

En espérant que ce bref aperçu pourra vous donner une idée sur ce que vous êtes peut-être entrain de vivre ou pour quelqu'un de votre entourage. Parce que le deuil d'un être cher ou de ce que l'on a été est une épreuve qui nous apprend sur nous-mêmes et que des fois il vaut peut-être mieux s'attacher à voir le rire du petit prince à travers chacune des étoiles que contient le ciel (cf.Le petit Prince et les étoiles de St Exupéry, dans la vidéo ci-dessous.)


#deuil #développementpersonnel #coaching #depassementdesoi #chafiacoaching #psychologie #acceptationdudeuil